ROSE (L.)


ROSE (L.)
ROSE (L.)

Leonard ROSE 1918-1984

Le violoncelliste américain Leonard Rose a joué un rôle essentiel dans la création d’une école instrumentale dans son propre pays. L’Europe le connaît surtout comme membre du trio qu’il formait avec Isaac Stern et Eugene Istomin, mais il a mené par ailleurs une importante carrière de soliste.

Né à Washington le 27 juillet 1918, Leonard Rose travaille à Miami avec Walter Grossman, à New York avec Frank Miller, violoncelle solo de Toscanini à la N.B.C., puis au Curtis Institute de Philadelphie avec Felix Salmond (1934-1938) — le créateur du Concerto d’Elgar —, dont il recevra l’ensemble de la bibliothèque musicale. En 1938, il est engagé comme deuxième soliste dans l’Orchestre symphonique de la N.B.C. avant de devenir violoncelle solo de l’Orchestre de Cleveland (1939-1943), violoncelle solo assistant (1943) puis titulaire (1944-1951) de l’Orchestre philharmonique de New York, sous la direction notamment de Bruno Walter, Leopold Stokowski et Dimitri Mitropoulos. En 1944, il commence une carrière de soliste dans laquelle la musique de chambre occupe une place prépondérante: en trio avec Isaac Stern (violon) et Eugene Istomin (piano), il enregistre notamment l’intégrale des trios de Beethoven, de Schubert et de Brahms. Il joue en sonate avec le pianiste Gary Graffmann et, à la fin de sa vie, forme un trio à cordes avec Isaac Stern et Pinchas Zukerman à l’alto.

Pédagogue éminent, il enseigne à l’Institut de Cleveland, au Curtis Institute de Philadelphie (1936-1963) et, de 1948 à sa mort, à la Juilliard School de New York. Il y forme l’élite des violoncellistes américains (Lynn Harrell, Ronald Leonard, Yo-Yo Ma) et les principaux solistes des orchestres symphoniques de son pays. On lui doit de nombreuses éditions de travail.

Son violoncelle était un instrument de Niccolò Amati, daté de 1662, l’un des plus beaux instruments réalisés à Crémone. En 1965, il avait été nommé docteur honoraire en musique de l’université de Hartford (Connecticut). Parmi les œuvres qu’il a créées, Un chant d’Orphée pour violoncelle et orchestre de William Schuman (1962) s’est imposée comme l’une des pages marquantes de la littérature américaine pour le violoncelle. Leonard Rose meurt à White Plains (État de New York) le 16 novembre 1984.

Encyclopédie Universelle. 2012.